Vous êtes ici : > Compagnie de théâtre l'Eygurande


Prochainement à la CITE DU VERBE :

MISSERY • AUXOIS-MORVAN • BOURGOGNE
La Compagnie l'Eygurande - Cité du Verbe présente :
Samedi 4 Mai 2019

à 20h30

Spectacle tout public à partir de 5 ans
Durée: 45 min

Tarif unique : 5 €
______________

Auteurs et interprètes : Joël Colas et Miriam de Sela
Création lumières et régie technique : Odile Ribière
Oeil extérieur : Sébastien Lefrançois
Photos : Laurence Guillot

Une co-production des Compagnies Flying Fish / A&O / Tapaj

  


Un projet initié par L’Yonne en Scène et soutenu par le Conseil Général de l’Yonne.
Ce spectacle est diffusé dans le cadre d'Arts & Scènes.  
______________

Au fond de leur alcôve, Il et Elle rêvent de filer la parfaite harmonie.
Quel plaisir de partager a deux cet humble nid douillet !
Il y a juste ces petits riens…Ces petits riens qui font parfois beaucoup…
Elle apprécie les courbes, Il affectionne les angles.
Dans cet espace exigu, Il se sent un peu à l’étroit.
Il ne sait pas où se placer. Il n'ose à peine bouger.
Elle, elle y est à son aise…
Elle aime le vide, Il aimerait la combler;  remplir leur petit univers de briques et blocs.
Unis par leur incompatibilité, Il et Elle partagent leurs différences !
Ils se voient. Ils se ressemblent. Ils sont attirés.
Ils s'aiment. C'est le destin.
Ils ont le même désir : ensemble, construire leur vie.
La construire l'un pour l'autre, avec élan, avec bonne volonté…
Réunir leurs goûts, leurs habitudes, leurs visions...
Chacun à son rythme, chacun à sa façon… convaincu d'avoir raison.
Si seulement l'autre pouvait comprendre…
Alors, résolument, maintenir l'équilibre, s'aimer !


Suite de saynètes drôles et absurdes,“Love Box” est un spectacle fin et attachant, qui parle sans parole de la vie à deux.

Avec un vocabulaire issu du mime, de la danse, et du cirque, cette comédie tout public, s'amuse avec malice et ironie, des péripéties de deux êtres déterminés à s'aimer.

______________

Découvrez un extrait du spectacle en cliquant sur l'image ci-dessous :

______________

Le Bistrot de la Cité

Vous avez la possibilité de dîner à la Cité du Verbe avant ou après chaque spectacle.
Il est impératif de réserver au plus tard la veille au 03 80 84 47 17.

Selon la météo vous pourrez prendre un verre au coin du feu ou face aux monts de l'Auxois et du Morvan et poursuivre le dialogue avec les artistes et les spectateurs.
______________
Pour plus de renseignements sur le spectacle et la Compagnie Flying Fish, n'hésitez pas à consulter leur site internet  https://www.cieflyingfish.com/
______________


La Compagnie l'Eygurande étant opératrice culturelle  avec le soutien du département de l’Essonne, est heureuse d'accueillir en résidence au Théâtre du Coin des Mondes

Franck Chevallay et sa compagnie Sol en Scène pour un  temps de travail autour de leur prochaine création : Effets de Réel.

­­­­­­­________________


A l'occasion de cette résidence, la Compagnie Sol en Scène vous propose de découvrir son spectacle "fétiche", joué plus de 90 fois partout en France depuis sa création :

BANQUE CENTRALE


ou La stupéfiante épopée d’une innocente petite pièce d’or


Vendredi 12 avril à 19h30

 


Tout public à partir de 15 ans

Entrée libre - Durée : 1h15

_________________


Un texte écrit et joué par Franck Chevallay
Mis en jeu par Alexandre Zloto
Lumières Virginie Watrinet

_________________

« J’AVAIS PRÊTÉ DE L’ARGENT QUI N’EXISTAIT PAS, POUR ACHETER DES MAISONS QUI NE VALAIENT PLUS RIEN, À DES GENS INCAPABLES DE REMBOURSER ! » Une banque

Dans un hôpital psychiatrique, un fou qui se prend pour « l?Etat » explique à son médecin pourquoi il décide désormais de devenir « Banque centrale ». Il raconte comment, avec les autres pensionnaires (« Banque privée », « Education », « Culture », « Industrie »...), ils ont créé une micro société à l?intérieur de l?établissement, fondée sur les mêmes rouages économiques que la nôtre. Et l?on comprend vite son désarroi, dans cette jungle inquiétante où rien n?assure sa survie...
L?échange initial de sucres entre les patients, qui leur permettait de simplifier leur « troc » quotidien, bien inoffensif, laisse peu à peu place à un échange d'or contre des billets, puis à un échange de billets contre d'autres billets, qui finissent par ne représenter qu'eux-mêmes.
Et nous assistons là, médusés, à toute l?histoire de la création monétaire. Dans ce conte fait de multiples récits, nous croisons l?histoire d?une petite pièce d?or fantôme, qui nous révèle son terrible secret.
Et s?il est vraiment « l?Etat », ce fou a de quoi être franchement perturbé...

 

_________________

Seul en scène le comédien incarne tour à tour toutes les pièces d'une machine financière qui ne cesse de s'adapter aux nouvelles configurations d'un marché mutant. Pièces du passé, pièces du présent, pièces du futur, et pièces fantômes s'expriment et se meuvent chacune à leur façon. Le comédien est aussi protéiforme que l'objet qu'il nous décrit : une monnaie qui ne cesse de changer de visage, dès lors qu'elle est centrale, publique, privée, européenne, « subprimisée ».
Magie du théâtre : en cinquante minutes, on a le bonheur de traverser une histoire qu'on a toujours crue absolument opaque. On ressort franchement joyeux de Banque centrale, joyeux d'y voir vraiment plus clair.
D’où vient l’argent que nous prêtent les banques ? Qui fabrique les billets de banques ? A quoi sert une banque centrale ? Qu’est-ce qu’une subprime ? Comment raconter certains rouages du système économique actuel et certaines de ses origines, sans leçon de morale ? Nous aimerions que ce spectacle ne soit ni classé anticapitaliste, ni alter mondialiste mais qu’il soit juste pris comme une histoire de fous en miroir de la nôtre et donner l’envie d’aller chercher, après ce spectacle, plus d’informations sur le système bancaire et la création monétaire. 

_________________


La presse en parle :
Banque centrale fait un sort à l'histoire de fous qu'est la finance. Bravos. L'Humanité
Astucieuse. D'une intelligence circonstancielle et irréprochable. Une pièce éducative, formatrice. Charlie Hebdo.
Franck Chevallay vaut son pesant d'or. C'est un vrai coup de coeur ! A voir jusqu'à inflation. Le taux d'intérêts est à 100%. Médiapart

_________________


La représentation sera suivie d'un repas partagé organisé en partenariat avec l'Association des Amis de l'Eygurande.
_________________

Attention : le Théâtre du Coin des Mondes n'a que 50 places ! Même si l'entrée est libre, il est impératif de réserver en envoyant un mail à l'adresse suivante : reservation@eygurande.net

 

En raison de la configuration de la salle, il n'est plus possible d'entrer une fois le spectacle commencé.

           




La Compagnie l'Eygurande - Cité du Verbe présente :

VIVANTS LEZARDS
(Crabe à raie)

Un joyeux désordre fantasmagorique et libérateur sur les Hommes et les Arts !

Cabaret tout public, à partir de 11 ans
Durée du spectacle : 1h30

 

Vendredi 29 Mars 2019
à 20h30

Conception, dramaturgie et jeu : Sophie Renauld
Conception, création musique et jeu : Eric Ferrand
Objets, accessoires et jeu : Nicolas Hanny
Création lumières, régie et jeu : Hélène Poulain
Oeil extérieur : Bernard Cupillard

_________________

Le Grand Ministère a mis en place un dispositif visant à encourager l'émergence : Le
Tremplin. Pour en bénéficier de jeunes artistes sont appelés à faire la démonstration
de leur talent en présentant un spectacle « populaire et divertissant » dont la
thématique est «les Hommes et les arts».
Deux artistes fantômes, vieux clowns fraîchement débarqués de nulle part sur un
plateau de théâtre, sortant de leurs cercueils la faim au ventre, entraînent au
passage deux jeunes en mal d’oeuvre afin de tenter leur chance... Mais l'évocation de
figures emblématiques et de divinités tutélaires réveillent des forces que, tels des
apprentis sorciers, ils ne parviennent plus à maîtriser.

Envahissant petit à petit le plateau,
les démons de la création et autres créatures perturbent le déroulement
prévu jusqu'à provoquer un joyeux désordre fantasmagorique et libérateur.

 
 

 
Production Théâtre en Seine en collaboration avec L’Oreille Interne / Coproduction Le Théâtre de Mâcon / Scène nationale avec le soutien de la DRAC et du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, Conseil départemental de Saône et Loire, Spedidam et réseau Affluences. Résidences : Maison Jacques Copeau à Pernand- Vergelesses (21), Cité du Verbe à Missery (21), Théâtre Gaston- Bernard / Châtillon-sur-Seine (21), Théâtre de la Girandole / Montreuil (93).

Ce spectacle est programmé avec l'aide à la diffusion du réseau AFFLUENCES.

Pour plus de renseignements sur la compagnie "Théâtre En Seine", n'hésitez pas à consulter leur site internet : 
http://theatreenseine.sophierenauld.com/
_______________

Le Bistrot de la
Cité

Vous avez la possibilité de dîner à la Cité du Verbe avant ou après chaque spectacle.
Il suffit de réserver au plus tard la veille au 03 80 84 47 17.

Selon la météo vous pourrez prendre un verre au coin du feu ou face aux monts de l'Auxois et du Morvan et poursuivre le dialogue avec les artistes et les spectateurs.


La nouvelle création jeune public de la Compagnie l'Eygurande bientôt sur Evry et Courcouronnes !

 

La Compagnie l’Eygurande vous invite à découvrir sa dernière création Franco-Marocaine

pour les tout-petits (à partir de 18 mois) qui emmènent leurs parents au spectacle :

 

L’ENVOL

SAFAR


 

au Théâtre du Coin des Mondes, Place Victor Hugo, 91000 Evry

le Samedi 15 décembre 2018, à 16h

Lundi 17 décembre 2018, à 9h15* et 10h30*

Mardi 18 décembre 2018, à 9h15*, 10h30* et 15h15*

Mercredi 19 décembre 2018, à 10h30

&

Salle Nougaro, 10 Rue du Marquis de Raies, 91000 Courcouronnes

Vendredi 21 décembre 2018, à 9h15*, 10h30* et 15h30


Les représentations marquées d'un astérisque * sont réservées aux enfants des structures petite enfance (crèches, écoles maternelles...) des villes d'Evry et Courcouronnes.

 ____________

Conception, écriture et mise en scène :

 Zakaria Kassi Lahlou et Jean-Louis Mercuzot

 

Compositions musicales et interprétation : Jamal Nouman

Interprétation : Isabella Keiser

Scénographie : Jean-Louis Mercuzot

Lumières et effets spéciaux : Boualem Bengueddach

Univers sonore : Vincent Lebègue

____________

 

PEUT-ON devenir ce que l’on est,

ou doit on être ce que les autres ont décidé que l’on sera ?

 

Inspiré d’une légende persane, L’ENVOL raconte l’histoire d’une mutation, d’une transformation, d’une émancipation.

L’ENVOL, c’est la légende d’un poisson qui rêve d’air, de voler, d’aller à la rencontre de ceux de l’autre côté,  ceux qu’on lui décrit comme inaccessibles, faisant partie d’un autre monde.

N’écoutant que son cœur et sa plus profonde nécessité intérieure, cet être ira voir ce qu’il y a de l’autre côté, découvrira ce  que c’est de voler, de se sentir porté par l’air.  Cette expérience le modifiera, lui permettra de devenir ce qu’il est, de se reconnaître lui même.

Dans un paysage blanc immaculé de papier soie se déploie sous nos yeux un monde imaginaire qui se métamorphose au fur et à mesure de l’histoire : de la mer jusque  dans les airs ! Froissements, souffle, sons, mots, musique et langues se mêlent pour nous immerger dans le rêve et l’imaginaire.

 ____________

LE MOT DES METTEURS EN SCENE 

« A l’origine de cette création, il y avait un désir autant du côté Marocain que Français de porter le théâtre chez les petits, désir de rencontres, de frottements, de goûts et de saveurs, de chants et rythmes lointains, enfouis  et pourtant si près du cœur qui bat. Avec Zakaria Kassi Lahlou et Jamal Nouman, nous avons parlé, joué, exploré, raconté, chanté et cheminé dans nos langues, nos rythmes, nos archétypes culturels. »

Zakaria Kassi Lahlou et Jean-Louis Mercuzot

____________

L’ENVOL / SAFAR  sera créé au Maroc en Mars 2019, tournée en cours d’éllaboration  avec le Théâtre National Mohammed V à Rabat.

____________

Le spectacle L’ENVOL est le troisième volet du triptyque « Chanter, danser et jouer avec et pour les tout petits ». Il est accompagné par l’association A.I.L.E.S. en lien avec l’ESPE de Créteil.

____________

 

INFORMATIONS ET RESERVATIONS :
09 72 11 94 44
reservation@eygurande.net

CONTACT DIFFUSION :
Jean-Louis Mercuzot

+ 33 (0)6 63 33 36 47
jean-louis@eygurande.net

 

 

La presse parle de nous...



Pour écouter le podcast de l'interview de Jean-Louis Mercuzot dans l'émission "Carnets de Campagne" sur France Inter, cliquez sur l'image ci-dessous :


 

Carnets citoyens

En Côte-d’Or, une compagnie de théâtre pour dynamiser le territoire

 
	© compagnie de l’Eygurande

© compagnie l’Eygurande

La compagnie de l’Eygurande regroupe des artistes autour de projets culturels populaires accessibles à tous, en ville comme à la campagne.

« On entend souvent dire que l’art ça ne sert à rien, mais tout le monde sait qu’on en a besoin ». Œuvrer pour un théâtre populaire et accessible à tous, c’est le travail de Jean-Louis Mercuzot et de la compagnie l’Eygurande qu’il codirige. Installée à Missery, en Côte-d’Or, l’association existe depuis 1989. Elle regroupe un noyau dur de cinq personnes, tous artistes et intermittents du spectacle. En concertation avec la municipalité de ce village d’une centaine d’habitants, ils ont créé de toutes pièces un lieu permanent de théâtre et de fabrication – La fabrique-Cité du verbe –, véritable atelier d’effervescence artistique en milieu rural inauguré il y a six ans.

La structure est une ancienne ferme réhabilitée puis revendue à la ville pour un euro symbolique en contrepartie d’un bail emphytéotique de 50 ans. Dans l’Auxois-Morvan, c’est le seul lieu de spectacle vivant qui existe sur un rayon de 35 km. « Missery rêvait d’une équipe artistique et d’un lieu de culture. Nous avions besoin d’un refuge où l’on puisse monter nos projets en toute sérénité, sans enchainer les résidences et être en permanence dans l’errance », témoigne Jean-Louis Mercuzot. « L’idée derrière la naissance de la Fabrique est d’incarner un espace qui profite au territoire, pas de faire de l’argent. C’est un lieu public, pour la communauté. Notre démarche sort de l’ordinaire. Elle nous permet de gérer de manière autonome ce lieu tout en étant une propriété municipale. C’est un acte politique. »

Autre originalité de la compagnie l’Eygurande, son intérêt pour la science, en particulier le lien entre artistes et scientifiques. Dernier projet en date, « Sciences en campagne », dont l’objectif est de réunir habitants, scientifiques et artistes en transversalité autour des questions liées aux nanotechnologies. En collaboration avec le laboratoire d’Excellence Lipstic, spécialiste de la prévention et du traitement des maladies inflammatoires et du cancer, en Bourgogne-Franche-Comté, les artistes interpellent les scientifiques pour comprendre leur travail et créer un échange.

« La science pose des questions fondamentales pour penser le monde. Ce sont des interrogations si fortes, qu’elles nous disent parfois que le monde est en danger. Homme modifié, particules toxiques dans les aliments, campagnes de vaccinations : nous créons un dialogue autour de ces sujets pour mieux les comprendre ». Après la période d’incubation, suit la phase de conception de l'objet artistique. Les créations, sous formes de scénettes avec du chant, des instruments et du théâtre sont présentées de manière originale au grand public. « L’idée est de créer un dispositif festif, un théâtre de foire, populaire et accessible. Nos projets ont vocation à aller chez les gens. Nous avons par exemple développé le théâtre en appartement. »

Nomade dans l’âme, la compagnie l’Eygurande ne limite pas son champ d’action à la Côte-d’Or. Le projet « Sciences en campagne » s’articule sur trois départements, La Creuse, la Lozère et le Morvan. Un projet miroir « Campagne de sciences » a été développé à Evry, dans l’Essonne, où l’association anime une deuxième structure culturelle, le théâtre du coin des mondes. « Ce sont les mêmes projets, seulement l’un est à la campagne, l’autre est à la ville. Nous souhaitons réellement travailler au milieu des gens. C’est là que le travail de l’artiste devient intéressant, quand il se frotte aux autres ».

À Evry, la compagnie l’Eygurande œuvre dans le quartier du Champtier du Coq, une cité populaire où la population multiculturelle est souvent stigmatisée. « Il y a beaucoup de primo-arrivant qui pensaient partir, mais qui sont finalement restés. » Au contraire à Missery, la population comprend peu d’immigrés. Elle est également plus vieillissante et se sent abandonnée dans un territoire où les services publics sont faibles, où il n’y a pas de transports collectifs. Point commun de ces populations : la pauvreté. « Quand la peur, la crainte et l’enfermement prennent le dessus. On a affaire à des personnes qui ne pensent pas être intéressées par l’art, qui s’imaginent que c’est trop intellectuel. Tout l’enjeu est là : toucher un public qui ne s’y attend pas ». La compagnie l’Eygurande travaille en complicité avec les associations locales, les centres sociaux et les médiathèques qui les mettent en relation avec les habitants.

À Evry, l’association a monté un projet tout particulier avec des enfants de 18 mois à 3 ans et leur famille. Il s’agit d’un éveil artistique autour de la question des langues et du langage chez les jeunes enfants, y compris in utéro. Ce travail en partenariat avec des linguistes déstabilise les idées reçues sur l’intelligence des enfants. On évoque leur sensibilité, leurs capacités inouïes, leur mémoire. Sur la base de ces ateliers partagés avec les familles nait un objet artistique qui aboutira à des représentations participatives au théâtre du coin des mondes. « Ce projet fonctionne à Evry où il y a beaucoup d’enfants en bas âge. La diversité des populations dans ce quartier multiculturel est aussi un atout. Cela nous permet d’aborder le sujet de la langue maternelle. Ces familles se posent souvent la question de l’intégration : si je parle un dialecte avec mon enfant, va-t-il pouvoir s’intégrer ? Le langage est la reconnaissance de l’autre sont au cœur du dispositif. »

Après plus de 25 ans d’activités, les projets de la compagnie continuent à se construire dans la permanence des valeurs de l’association. « On ne souhaite laisser personne sur le bas-côté. Nous essayons constamment d’être en ouverture vers l’autre, de ne pas construire par rapport à nos références à nous mais être à l’écoute d’autrui pour commencer à partager. » Car comme le relève Jean-Louis Mercuzot : « Vivre c’est être en questionnement permanent, il ne faut pas s’enfermer pour ne pas rester sur place. Il faut se décentrer pour se laisser transformer, toujours. »