Le Singe Bleu, création 2012/2013


Vous êtes ici : > Compagnie de théâtre l'Eygurande > Cie L'Eygurande > Spectacles > Tous nos spectacles > Les cycles d'écriture > Tout public > Le Singe Bleu, création 2012/ 2013

D’après Lettre des Îles Baladar de Jacques Prévert
Théâtre d’objets, d’images et d’acteurs
Création 2012/2013

Adaptation et mise en scène : Jean-Louis Mercuzot
Distribution : Isabella Keiser et Laurent Letellier
Production : Compagnie l’Eygurande / La Fabrique

Le Singe Bleu a été créé le 13 décembre 2012 au Théâtre de la Forgerie à Wassy dans le cadre d’une résidence au Théâtre de la Forgerie, avec le soutien de la Communauté de Communes de Saint-Dizier, Dair et Blaise, l’Office Régional Culturel de Champagne Ardennes (ORCCA), le Conseil Général de Haute Marne, la DRAC Champagne Ardennes.

 

Intentions
«A ce moment de notre histoire, de la mienne aussi, j’ai besoin de m’adresser à des enfants, de leur raconter que le spirituel fait partie de notre quotidien. Le paradis n'est pas perdu mais il est encore à construire; comme si le matérialisme forcené de ce début de XXIème siècle m’explosait à la figure, comme si la vie ne prenait son sens que dans l’humanité, dès aujourd’hui et pas demain quand on sera mort, au paradis. Jacques Prévert, le non conformiste, l’anticlérical, le frère des surréalistes, nous raconte dans « Lettre des Îles Baladar » une histoire juste et profonde où la liberté et le bonheur individuel se confondent avec ceux de tous.»

Jean-Louis Mercuzot, metteur en scène


L’histoire du «Singe Bleu»

Avec “Lettres des Îles Baladar”, Jacques Prévert nous livre son paradis. Le paradis sur terre où vivent des singes bleus. Tout est calme et gai et le bonheur se promène dans l’île comme un enfant du pays. Mais un marchand du Continent découvre qu’ici tout est en or. La nouvelle se répand et l’île va être envahie ! Les orpailleurs (chercheurs d’or) s’en emparent...

Au chapitre de la bêtise, de la cupidité, de la lâcheté, l’homme trouble-fête n’a, selon la formule de l’auteur, que le débarras du choix. Après bien des malheurs, des peurs, des rires et des surprises, notre sage ami le singe bleu va-t-il retrouver le monde comme avant ou comme plus tard, mais en tout cas bien meilleur ?

 

 

Scénographie

«Il s’agit d’un désastre. Une île sublime envahie et ses habitants soumis. Il s’agit d’une révolte, d’une résistance, d’une reconstruction. Je veux, par cette construction scénographique, représenter le désastre qui se déroule dans l’île, et comment il modifie l’intime des personnages. Les projections permettent saisir cet intime, de passer du ‘IL’ au ‘JE’, de la représentation au vivant.

Il y aura un enfouissement, un travail dans la terre.
Le bucolique stylisé du début sera saccagé. On s’enfouira dans la matière. Pour reconstuire. Il s’agit de résistance."